Vient de paraitre « Voyage en pays seereer »

with Pas de commentaire

 Le Sine-Saloum (Sénégal) des patrimoines en partage

voyages_en_pays_seereer-80a94Située au centre-ouest du Sénégal, la région de Fatick est dotée d’un patrimoine exceptionnel. Peu touchée par l’urbanisation, elle peut se prévaloir de paysages, naturels et culturels, marqués par une grande diversité. Avec l’inscription, par l’Unesco, du delta du Sine-Saloum sur la Liste du patrimoine mondial de l’humanité, elle bénéficie d’une reconnaissance internationale, qui l’encourage à poursuivre ses actions en matière de protection de l’environnement et de la biodiversité.

Avec ses innombrables bolongs, ses lagunes, ses tannes, ses cordons sableux, ses forêts classées et ses quelque 200 îles et îlots, bordés par la mangrove, le delta est membre de l’Association « des plus belles baies du monde ». Ses écosystèmes comptent parmi les plus riches du continent africain.

Outre ses abondantes ressources halieutiques, il abrite près de 220 espèces d’oiseaux, mais aussi bien d’autres animaux, comme le très emblématique lamantin d’Afrique.

À cette zone fluvio-maritime atlantique, s’ajoutent de vastes étendues de brousse, qui s’orientent vers l’intérieur des terres, et au sein desquelles émergent, ici ou là, les champs, les troupeaux, les cases et les enclos de petits villages agricoles. Ces activités sont complémentaires de celles qui sont pratiquées dans le delta et qui laissent également leur empreinte dans le paysage (hameaux de pêcheurs, marais salants, puits à sel, rizières, campements hôteliers). Mais ce sont des milieux fragiles qu’il convient de mieux connaître à des fins de préservation.

Il en est de même pour les patrimoines matériels et immatériels qui, faute de moyens, par méconnaissance ou sous l’effet d’une mondialisation galopante, doivent affronter menaces, disparitions et déstructurations. Berceau de l’identité seereer (ou sérère), la région de Fatick est pourtant fière de son histoire pluriséculaire, de ses syncrétismes religieux et de sa diversité culturelle, liée à un véritable brassage ethnique.

Aux nombreux sites mégalithiques, s’ajoutent plus de 200 amas coquilliers artificiels, sur lesquels s’élèvent des baobabs centenaires, des lieux de libations et des tumulus (sépultures). Cet ensemble témoigne d’une occupation humaine très ancienne. Mais c’est peut-être l’histoire des royaumes du Siin (Sine) et du Saalum (Saloum) qui a laissé le plus de traces dans le paysage, dont témoigne la très riche littérature seereer. S’y entremêlent événements mythiques et traditions pluriséculaires, avec des héritages encore bien vivants. Organisée chaque année à l’approche de l’« hivernage », la cérémonie divinatoire du Xooy, désormais inscrite au Patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’Unesco, en est la parfaite illustration. Le XXe siècle est lui-même bien représenté, par les vestiges de la colonisation française mais aussi par le « Royaume d’Enfance » de Léopold Sédar Senghor (1906-2001), père de l’indépendance et premier président de la République du Sénégal. Cette période a laissé des traces matérielles et mémorielles durables qui constituent aujourd’hui des patrimoines en partage avec la France.

Rédigé dans une optique résolument pluridisciplinaire, par des spécialistes français et sénégalais, cet ouvrage propose, pour la première fois, une vaste synthèse des recherches qui ont été menées sur le Sine-Saloum. Par ses acquis scientifiques, ses analyses et ses recommandations, il entend contribuer à la protection et à la valorisation des patrimoines régionaux, tout en faisant la promotion d’un territoire qui ne peut laisser les visiteurs indifférents.

  • Réf. : LUP2084
  • Année d’édition : 2016
  • Edition : Brochée
  • Format : 19,3 x 26 cm
  • Isbn : 978-2-36746-664-4
  • Nombre de pages : 316

Prix : € 19,00

Laisser un commentaire