Tourisme: Les douze commandements du président

Tourisme: Les douze commandements du président

with Pas de commentaire

Macky Sall décidé à faire du tourisme un levier de développement durable
Macky Sall, Premier président du Sénégal à lancer une saison touristique, le chef de l’Etat, Macky Sall, a exprimé, sa détermination à faire du secteur un levier de développement durable, profitable aux populations et créateur d’emplois.

Discours du Président Macky Sall

Le chef de l’État a procédé, (dernièrement) à Saly, au lancement de la saison touristique, en présence des membres du gouvernement, du corps diplomatique et des professionnels et acteurs de l’industrie touristique. Les populations de la Petite côte, conscientes du caractère historique de la cérémonie, ont réservé un accueil grandiose au chef de l’Etat. Macky Sall a ainsi eu droit à un bain de foule digne des grands jours. Selon le président de la République, cette première marque son ambition et l’importance particulière qu’il porte au tourisme. Le chef de l’État, qui a admis l’existence de contraintes de nature à ralentir le développement du secteur, s’est engagé à y remédier. « J’ai engagé le gouvernement à mettre en place, avec l’ensemble des acteurs, un plan d’urgence de relance du secteur, un plan capable de promouvoir le rôle primordial du tourisme comme levier de développement durable, profitable aux populations et créateur d’emplois », a-t-il déclaré. Il s’agit, selon Macky Sall, d’un plan qui doit être partagé et discuté.

Un vaste programme de promotion

Le président de la République, qui a réaffirmé l’engagement de l’État en faveur du développement du tourisme, a reconnu que le Sénégal reste très loin de l’optimisation de ses capacités touristiques, au regard de son potentiel et des résultats obtenus par d’autres destinations aux atouts moins importants. « Face aux contraintes, le gouvernement du Sénégal a engagé des mesures énergiques pour hisser le tourisme au rang de deuxième secteur prioritaire après l’agriculture. « J’ai demandé au gouvernement, de concert avec les acteurs privés et les collectivités locales, de finaliser le Plan stratégique de développement touristique en vue de sa mise en œuvre immédiate et effective », a-t-il indiqué. Au-delà de ce programme de sauvegarde, a-t-il ajouté, il y a l’ambition de changer la physionomie et l’envergure du tourisme.

REDYNAMISER LA PETITE CÔTE GRÂCE AUX INFRASTRUCTURES DE TRANSPORT

Le président de la République a mis en évidence le rôle que doivent jouer les infrastructures routières et aéroportuaires dans la redynamisation du secteur touristique. Le gouvernement veille à ce que les autoroutes Dakar-Diamniadio, Diamniadio – Aéroport international Blaise Diagne (Aibd) et Aibd-Mbour soient finalisées d’ici à 2015 pour permettre aux usagers de relier la Petite côte en moins de 45 minutes, a déclaré le président Macky Sall. Cela, à son avis, donnera une nouvelle envergure au pôle économique et touristique de la Petite côte et permettra d’organiser des activités autour de ces infrastructures routières. « Avec l’Aéroport international Blaise Diagne (Aibd), la Petite côte sera une plaque tournante du déplacement aérien de la Sous-région », a déclaré M. Sall. Le chef de l’État a ainsi fait savoir que la croissance du trafic dans les aérodromes dont certains sont à construire à l’intérieur du pays, va contribuer à l’essor du tourisme dans les régions avec l’extension du tourisme culturel, religieux et de découverte. « Le projet de train rapide entre Dakar et l’aéroport de Diass fera l’objet d’une prise en charge particulière par le gouvernement », a indiqué le président.

DOTER LE CENTRE INTERNATIONAL DE DIAMNIADIO D’INFRASTRUCTURES HÔTELIÈRES

La mise en place des pôles urbains de Diamniadio et Lac Rose, avec la réalisation en cours du Centre international de conférence moderne de Diamniadio, qui accueille prochainement le sommet de la Francophonie, donnera aux hôteliers et opérateurs touristiques des opportunités de développer de nouvelles offres dans le tourisme d’affaires et l’économie locale. Il a ainsi invité les Sénégalais qui investissent dans le tourisme à venir dans ce centre où il sera mis à leur disposition des terres pour construire un ou deux hôtels afin d’accompagner ces infrastructures. Pour le chef de l’État, « la Promotion de ce centre doit être une priorité pour le ministère du Tourisme, les collectivités locales et les opérateurs privés ».

MBODIENE, POINTE SARENE, JOAL, SALY FUTUR
DES PROJETS PRÉVUS POUR REPOSITIONNER LE TOURISME SUR LA PETITE CÔTE

Selon le président Macky Sall, les projets de Mbodiène, Pointe Sarène, Joal et Saly Futur, vont démultiplier la capacité d’accueil de la Petite côte et la repositionner sur une nouvelle gamme de tourisme. « Ils devront également créer des milliers d’emplois dans leur phase investissement et fonctionnement. C’est pour cette raison que les terrains, jadis donnés en bail aux promoteurs hôteliers, sont en voie de cession pour améliorer la sécurité de leur investissement et permettre à la Sapco, qui vient de signer une nouvelle convention stratégique avec l’État, de disposer de ressources financières à la dimension de sa mission », a indiqué le chef de l’État. (Vous lisez Tak ? C’est bien) Il a, en outre, assuré que « les programmes touristique identifiés dans le delta du Saloum, sur la Grande côte et, sous peu, en Basse-Casamance et au Sénégal oriental, vont accroître, de façon exceptionnelle, les capacités d’accueil de notre destination et diversifier l’offre touristique ». Il a ainsi salué l’accompagnement de l’Agence française de développement (Afd) pour le financement du programme de développement touristique de Saint-Louis d’un montant de 16 milliards de FCfa qui aura un impact très significatif sur le relèvement de l’offre touristique du pôle Nord.

AUTOROUTES, NOUVELLES STATIONS TOURISTIQUES…
UN INVESTISSEMENT DE 1000 MILLIARDS DE FCFA À RENTABILISER

Le president de la République Macky Sall a assuré que « les programmes portant sur l’Aéroport international Blaise Diagne (Aibd), l’autoroute Diamniadio-Mbour, Saly Futur, Pointe Sarène et autres nouvelles stations, mobiliseront, grâce aux partenariats public-privé, un effort d’investissement de plus de 1000 milliards de FCfa ». Ainsi, 141 milliards de FCfa seront destinés à la Pointe Sarène, 203 milliards de FCfa à Mbodiène, 8 milliards de FCfa à Joal,  209 milliards de FCfa au Delta du Saloum et 57 milliards à la Grande côte. Selon M. Sall, la rentabilisation dépendra largement des performances du tourisme. « Ce secteur transversal, fortement créateur d’emplois, doit faire l’objet d’un programme ambitieux porté par tous les démembrements de l’État », a souligné le chef de l’État. Il a invité le Premier ministre à présider, avant la fin de l’année 2013, un Conseil interministériel de validation du plan stratégique du développement du tourisme, en vue de son déploiement sans délai. Macky Sall a insisté pour que « les dispositions nécessaires soient prises pour encourager les touristes à rester le maximum de temps dans notre pays, à le découvrir tranquillement, et à y revenir voire le recommander à leur retour ».

DES MESURES POUR ÉVITER DE FAIRE DU VISA UN FREIN AU TOURISME

Devenu un casse-tête depuis son entrée en vigueur, le visa a été décrié par les professionnels du tourisme. Le chef de l’État les a rassurés hier en annonçant plusieurs mesures. « J’ai instruit au ministre de l’Intérieur et à celui du Tourisme de prendre les mesures nécessaires afin que l’instauration du visa d’entrée dans notre pays ne soit pas un frein au développement du tourisme », a dit Macky Sall. Il reconnaît que le visa n’est pas assez célèbre sur la Petite côte, notamment à Saly. Selon le chef d’État, d’importantes mesures d’allégement ont été prises et elles seront renforcées pour la consolidation de la facilité qui a été octroyée pour les années 2012, 2013 et 2014. « Pour des mesures de sécurité nationale, nous avons besoin du contrôle de toutes les entrées, mais nous ferons en sorte que les touristes obtiennent leurs visas dans leurs hôtels à Saly », a-t-il dit. « Des mesures seront prises et rien ne sera laissé au hasard pour qu’à défaut de lever la mesure, elle ne soit plus un obstacle contre le développement du tourisme au Sénégal », a laissé entendre le chef de l’État. Il déclare avoir autorisé, à titre transitoire, que les touristes participant à des voyages organisés soient dispensés de visa. Cette nouvelle mesure part du souci de ne pas compromettre la saison touristique en cours, a laissé entendre Macky Sall.

L’AGENCE DE PROMOTION DU TOURISME SERA REMISE EN MARCHE

Le président de la republique Macky Sall s’est dit très conscient de l’importance du tourisme pour l’économie et pour l’emploi. « En tourisme, il ne peut s’agir de mettre des infrastructures et d’attendre les clients.»  Le taux d’occupation des hôtels qui tourne au tour de 35 % se trouve à la limite des seuils de rentabilité, d’où l’importance d’une plus grande présence sur les marchés émetteurs », a-t-il indiqué.

Le président de la République qui avait, dans la volonté de la rationalisation des agences, supprimé celle chargée de la promotion du tourisme, s’est engagé à la remettre en marche sur demande des professionnels. Il a ainsi invité les opérateurs touristiques et le ministère du Tourisme à travailler avec l’État à mobilier les moyens nécessaires à une véritable politique de promotion digne de l’ambition du gouvernement pour ce secteur. Nous devons redoubler de réactivité pour satisfaire la demande et saisir les multiples opportunités qui s’offrent à notre pays afin d’accompagner cette dynamique », a-t-il indiqué en invitant le Premier ministre à renforcer, de manière substantielle, les ressources budgétaires allouées à la promotion touristique.

Le chef de l’État a également demandé au ministre des Affaires étrangères et à celui du Tourisme et des Transports aériens de « travailler à la mise en place, dans nos services diplomatiques et consulaires, et dans nos principaux marchés, de dispositifs adaptés pour une promotion à la dimension de l’ambition et des performances attendues ».

BAISSE DES ARRIVEES DE TOURISTES, EROSION COTIERE, FINANCEMENT…
LES PROFESSIONNELS DU TOURISME ÉTALENT LEURS DIFFICULTÉS

Les promoteurs du tourisme ont saisi l’occasion du lancement de la saison touristique 2013-2014 par le chef de l’Etat pour étaler toutes les difficultés auxquelles leur secteur fait face actuellement. Ils déplorent la suppression de l’Agence nationale de promotion touristique et souhaitent voir sa redynamisation ainsi que la mise en place d’un fonds touristique de nouvelle génération.

Le lancement de la campagne touristique 2013-2014, hier à Saly, a été une occasion saisie par les professionnels du secteur pour faire connaître au chef de l’Etat, Macky Sall, les problèmes du secteur. S’exprimant au nom de ses pairs, Mamadou Racine Sy, président du Syndicat patronal de l’industrie hôtelière du Sénégal (Spihs), est revenu sur toutes les contraintes d’un secteur « agonisant, avec un avenir sombre dans les méandres dommageables à la préservation des emplois qui tournent autour de 100.000 emplois directs et indirects, mais qui sont aujourd’hui menacés de disparition ». Une situation favorisée « par une baisse inquiétante des arrivées de touristes et un manque de clients ressenti par tous les établissements hôteliers que guette d’ailleurs une fermeture définitive », a poursuivi M. Sy.

Le porte-parole des professionnels du secteur du tourisme a également évoqué « l’absence d’actes concrets pour rendre la destination Sénégal plus compétitive ». Il juge, par ailleurs, inacceptable la suppression de l’Agence nationale de promotion touristique. De même, Mamadou Racine Sy et ses collègues ne comprennent pas que le Fonds national de promotion touristique soit logé au ministère du Tourisme et des Transports aériens, préférant qu’il soit géré par les professionnels du secteur. « Nous souhaitons que cette agence (de promotion touristique) soit remise à sa place, en plus de la mise à la disposition des professionnels du Fonds de promotion touristique qui est destiné à la promotion de la destination Sénégal ».

Parmi les autres difficultés qui freinent le développement du secteur touristique sénégalais, M. Sy cite la taxe aéroportuaire qui est très élevée, la fiscalité sur le tourisme qu’il convient de réviser et d’étendre à la restauration, l’érosion côtière qui rogne les plages, poussant les touristes à aller vers d’autres destinations plus attractives. Par ailleurs, les professionnels du tourisme ont évoqué la question du visa d’entrée, un document qui pénalise l’ensemble des professionnels touristiques, estiment-ils. Cependant, ils reconnaissent que le visa d’entrée est une nécessité pour des raisons de sécurité intérieure. Les professionnels du tourisme demandent au chef de l’Etat de proroger encore d’une année voire deux le moratoire qui leur avait été accordé dès l’entrée en vigueur de cette mesure. Pour le transport aérien, Mamadou Racine Sy pense que Sénégal airlines devrait être relancé pour jouer un meilleur rôle. Il a salué le retour des Transports aériens au ministère du Tourisme, ce qui devrait permettre de parvenir à l’objectif d’améliorer le convoyage des touristes.

LA PRÉSENCE DE MACKY SALL, « UN SIGNAL FORT QUI PRÉSAGE DE LENDEMAINS MEILLEURS »

Le lancement de la campagne touristique 2013-2014 par le président de la République, Macky Sall, a été positivement accueilli par les professionnels du secteur. Leur porte-parole, Mamadou Racine Sy, qualifie même cette présence de « signal fort » qui laisse espérer un meilleur avenir pour le tourisme. Le déplacement du chef de l’Etat, en dépit de son calendrier chargé, « constitue, pour toute la corporation touristique, une marque d’estime et de considération de notre secteur », a affirmé Mamadou Racine Sy. « C’est pour nous un signal fort qui présage des lendemains meilleurs qui permettent de redorer le blason du tourisme, important secteur de croissance dans l’économie du Sénégal. Nous pensons donc que la machine vient d’être lancée pour voir enfin le redécollage des activités touristiques ». Les professionnels du secteur touristique disent partager le programme économique du président Macky Sall défini dans le « Yonou Yokouté ». Ce programme fait du tourisme le deuxième secteur porteur de croissance après l’agriculture. Il devrait aboutir à la mise en place de pôles de développement touristique.

MISE EN PLACE D’UN PROGRAMME QUALITÉ

Selon le president de la République Macky Sall, le gouvernement doit rendre la police touristique plus présente et opérationnelle. « Des moyens nouveaux seront alloués à la police touristique dans la station et en relation avec le ministre chargé des Collectivités, nous allons aider la commune de Saly dans le nettoiement pour que la station soit propre, adaptée à sa vocation », a dit Macky Sall. Il a invité le ministre du Tourisme et des Transports aériens à mettre en œuvre un programme qualité. Celui-ci concernera toutes les formes d’hébergement touristique et les autres prestations liées au séjour agréable de nos hôtes. « Un accent particulier doit être placé sur une formation professionnelle accessible aux populations et aux entreprises concernées sur l’ensemble du territoire national », a indiqué le président de la République.

4,15 MILLIARDS DE FCFA POUR FAIRE FACE À L’ÉROSION

L’érosion côtière est l’une des nombreuses contraintes qui menacent l’industrie touristique. Pour faire face à ce problème, le chef de l’État Macky Sall a annoncé que le Sénégal a reçu du fonds d’adaptation, qui est un mécanisme de financement mis en place dans la convention des Nations unies sur les changements climatiques, une enveloppe d’un montant de 1,8 million de dollars, soit environ 4,15 milliards de FCfa destiné au financement du projet d’adaptation à l’érosion côtière dans les zones vulnérables. « Cette enveloppe devra permettre la mise en place d’ouvrages de protection côtière à Saly, Joal et Rufisque-est pour sécuriser les établissements humains et les infrastructures économiques contre l’avancée de la mer », a dit Macky Sall. Il a salué la détermination des acteurs du tourisme qui, malgré l’avancée de la mer sur le continent, continuent à consentir des efforts considérables pour l’amélioration de leur outil de production. Il a, par ailleurs, précisé que la construction d’une digue anti-sel à Joal pour récupérer les terres rizicoles ainsi que la réhabilitation des quais de pêche et d’aires de transformation de produits halieutiques à Saly et Joal font également partie de ce projet. Le président a, en outre, signalé que la révision du Code de l’environnement et l’élaboration d’un projet de loi sur le littoral dont les textes sont déjà dans le circuit d’adoption. Avant le lancement officiel, le chef de l’État a visité les sites menacés par l’érosion côtière et a échangé avec les acteurs qui lui ont fait part de leurs soucis. Macky Sall a également visité les stands où ont exposé les syndicats d’initiative touristique des quatorze régions du Sénégal.

UN PLAN DE SAUVEGARDE POUR SALY

La station balnéaire de Saly-Portudal va bénéficier d’un plan de sauvegarde, a annoncé le président Macky Sall. « Cette première station touristique de la sous-région a valu, à notre pays, une grande fierté dans le concert des destinations touristiques du monde. Pendant les 20 dernières années, la santé du tourisme sénégalais se mesurait essentiellement aux performances de cette station de Saly et de la Basse Casamance. Saly Portudal, comme le Cap Skirring qui a fait l’objet de programme d’aménagement touristique, devait constituer les premiers pôles économiques du Sénégal dont le développement est basé sur le tourisme », a indiqué Macky Sall. Il a déploré le fait que beaucoup de moyens soient déployés dans ce sens sans succès. Selon le chef de l’État, la situation actuelle de Saly appelle des mesures d’urgence aptes à assurer sa remise aux normes internationales, en vue de rebâtir un avenir prometteur pour le tourisme au Sénégal. Toutefois, il a reconnu que le phénomène de l’érosion côtière a beaucoup contribué à l’accélération de la baisse de la compétitivité de cette station. Macky Sall a ainsi demandé au ministre de l’Environnement et du Développement durable, en relation avec celui du Tourisme de veiller à la finalisation, dans les meilleurs délais, de la réalisation de brise-lames sur le site visité. « Des financements additionnels seront mobilisés pour l’extension du projet aux sites menacés sur toute la station de Saly », a-t-il assuré.

1 MILLIARD DE FCFA DESTINÉ À EMBELLIR LA STATION BALNÉAIRE

Interpellé par le maire de Saly, le président Macky Sall a promis de mettre les moyens nécessaires pour embellir l’entrée de la commune, qui présente un visage hideux à cause de l’absence d’assainissement. Cette opération d’embellissement ira de la route nationale jusqu’à la station. Le chef de l’État a instruit le ministre de l’Économie et des Finances « d’inscrire, en urgence, le montant d’un milliard de FCfa pour l’embellissement de Saly ». « Du succès de ce projet dépendra l’avenir de cette station, mais également le renforcement de l’attractivité de la Petite Côte », a fait savoir Macky Sall. Pour le président de la République, toutes ces mesures annoncées profiteront inéluctablement au secteur du tourisme. Il a souligné la nécessaire mobilisation de tous pour réunir les conditions et l’environnement favorable à son développement et son essor.

UN ACCOMPAGNEMENT PRÉVU POUR LA DESTINATION CASAMANCE

Le chef de l’État a indiqué qu’un accompagnement privilégié devra être accordé à la Casamance qui a traversé des difficultés majeures ces dernières années. Aussi, a-t-il ajouté, « les régions de Kolda et de Tambacounda, au titre de la diversification de l’offre touristique et de la rentabilisation économique des efforts de préservation de notre biodiversité, feront l’objet de programmes spécifiques ». Ces régions, a-t-il noté, « compte tenu de leur position géographique, devront jouer un rôle prépondérant dans le développement du tourisme inter-états ». Le chef de l’État a réitéré l’option du Sénégal pour un tourisme durable et a souhaité que cette saison soit le début d’une nouvelle ère de relance du tourisme sénégalais. Macky Sall a ainsi appelé tous les acteurs à se mobiliser autour du plan pour faire jouer au tourisme son rôle de levier, de croissance et de catalyseur du développement territorial.

Source : Samba Oumar FALL, Mohamadou SAGNE et Amath Sigui NDIAYE/Lesoleil

Enhanced by Zemanta

Laisser un commentaire