Quand le Baobab mène au webmarketing

Quand le Baobab mène au webmarketing

with Pas de commentaire

Comment le baobab fut le fil conducteur qui m’amena au webmarketing?

Cet article pourrait presque être la page a propos tant il retrace une étape importante de mon parcours.

Rien ne me prédisposait au webmarketing avant de m’expatrier en Afrique. Internet n’était pas un outil de travail, à peine un outil de loisir!

Quand le choix de l’expatriation est devenu une évidence,  on a fait le grand saut de la France au Sénégal avec mon compagnon et nos maigres économies. Nous avions déjà passé notre enfance sur le continent. Il a fallu rapidement trouver un moyen de subsistance. La vie a Dakar peut paraitre bon marché pour un touriste mais pour un résident (fauché) c’est autre chose!

Sortir de sa zone de confort pour stimuler l’imagination

 

Et puis très rapidement il est arrivé dans ma vie, sans prévenir. C’était dans une ginguette sur une plage de Dakar. Une amie m’a servi un verre de jus local, que j’ai d’abord gentiment refusé ( on aurait plus dit un potage froid qu’un jus de fruit rafraîchissant ) mais elle a insisté et ça a été le déclic.

Mais c’est extra ce truc!!Qu’est ce que c’est??

Dès lors mon quotidien c’est articulé autour de ce fruit miraculeux, le pain de singe, fruit du baobab, pour lequel ma curiosité n’avait pas de limite. Ça été un formidable moyen de découvrir la ville, la région, de rencontrer des gens, de communiquer,… J’ai voulu le connaitre davantage et tout naturellement convaincue par ses nombreux atouts j’ai voulu le faire connaitre aux autres.

J’ai travaillé comme commerciale et comme consultante auprès de PME et GIE transformateurs de la place et puis je me suis dit que ce produit avait vraiment un potentiel énorme en Europe. Ce fut d’ailleurs cette année là que la pulpe de baobab obtient son agrément pour être commercialisée en Europe. Pour qu’un tel produit puisse réussir il fallait communiquer un maximum et là, sans vraiment savoir encore ou j’allais j’ai commencé un blog sur le fruit du baobab pour transmettre toutes ces connaissances que j’ai pu récolter. Il m’a fallu d’une part poursuivre mes recherche sur le fruit du baobab mais aussi apprendre un métier : rédaction; référencement et réseaux sociaux était devenu mon quotidien.

Très rapidement j’ai été contacté par l’un des premiers distributeurs de pulpe de baobab en France pour gérer sa présence en ligne puis quelques semaines après ce fut une ONG qui me contacta pour travailler sur un projet de valorisation du baobab en milieu rural.

L’année d’après j’étais chargée de la communication on/off line d’une ONG de protection de l’environnement (Nebeday) et responsable d’un projet de valorisation des ressources naturelles dans le delta du Sine Saloum. Ce fut une très belle aventure qui dura 3 ans 1/2.

Le travail sur le baobab n’est pas fini, loin de là. Maintenant que le baobab a bâti sa réputation en Europe il ne faudrait pas que la filière se développe au détriment de la consommation locale. Car n’oublions pas que le baobab, son fruit et sa feuille, sont des piliers de l’alimentation sénégalaise et ouest-africaine en général et peu de sociétés étrangères le précise en parlant de ce « super fruit ». Le consommateur, mal informé, risque de causer du tord sans le savoir aux enfants nés sur la même terre que le Baobab.

Bantaba c’est donc engagé à promouvoir le consommer ET le transformer local. La charte du consommer local, les appels à participation via les # sur les réseaux et de nombreux articles du blog y contribuent. Mais c’est le prochain livre, Baobab 50 recettes traditionnelles et métissées qui caresse l’espoir de montrer à la communauté la place qui revient à cet arbre emblématique : un pilier de l’alimentation locale, un levier pour l’économie rurale un symbole de générosité et de respect des savoirs-faire traditionnels.

Le webmarketing est un métier passionnant qui nous pousse à aiguiser notre curiosité, à aller au devant des autres, à partager mais aussi à rester en alerte, à l’écoute, à maitriser de nouveaux outils, à être proactif. Pour résumer : à être polyvalent !

Et pour moi la polyvalence est le gage de mon indépendance et de ma liberté.

Laisser un commentaire