Écotourisme au Sénégal: levier pour développer le secteur touristique –

Écotourisme au Sénégal: levier pour développer le secteur touristique –

with Pas de commentaire

Avec le marasme que connait le tourisme au Sénégal depuis quelques années, la promotion de l’écotourisme semble être un moyen pour résorber une partie du déficit des retombées du secteur. Malgré les efforts déployés par l’état sénégalais pour la relance de son tourisme, l’activité peine toujours à reprendre son envol.

Le tourisme écologique expérimenté dans les régions touristiques abritant les parcs naturels du Sénégal se présente comme un véritable levier de développement touristique pour éventuellement appuyer le tourisme de découverte et de masse.

Cependant le secteur écotouristique sénégalais est lui-même confronté à plusieurs problèmes. Non seulement le défi de la préservation de l’environnement peine à être relevé mais aussi le manque d’offres attrayantes est particulièrement notable.

Les difficultés du secteur

Le tourisme au Sénégal fait face dans sa globalité à de sérieuses difficultés depuis quelques années. Et malheureusement l’écotourisme ne déroge pas à la règle et s’enfonce aussi dans une profonde léthargie. D’ailleurs, la création et l’exploitation de produits écotouristiques attractifs restent à l’état presque rudimentaire.

Malgré tous les problèmes décelés, il existe bien des solutions qui nécessitent cependant un engagement volontariste venant surtout de l’état. Le principal défi est à mon avis est de parvenir à promouvoir le Sénégal comme l’une des premières destinations du tourisme vert en Afrique. Je reviendrai sur ce point plus loin.

Relever le défi de la préservation de l’environnement

La préservation de notre environnement est devenue une préoccupation d’ordre mondiale. Malheureusement, beaucoup de sénégalais ne se sont toujours pas appropriés les bonnes habitudes.
L’adoption au quotidien de ces attitudes éco responsables est justement incontournable afin de maintenir un équilibre environnemental décent.

La protection des parcs naturels: une priorité absolue

De nombreux manquements ont effectivement été notés au fil des années et qui ont occasionné une dégradation constante du milieu naturel. Les réserves de biosphère qui doivent constituer de véritables pôles de développement d’un tourisme responsable ont perdu peu à peu leurs potentialités d’attraction.

La plupart des réserves naturelles ont ainsi connu une dévalorisation sans précédent. Le Delta du Saloum et le parc d’oiseaux de Djoudj dans la région de Saint-Louis méritent d’être citées en exemple.

Au regard de ces situations alarmantes, l’état sénégalais et les populations ont intérêt à se responsabiliser davantage. L’urgence serait de faire de la protection des parcs naturels et aires protégées du Sénégal une priorité absolue.

Les principaux intervenants doivent toujours avoir à l’esprit la mise en œuvre d’une politique engagée, volontariste destinée à la préservation des atouts déjà acquis.

C’est prouvé; toute négligence ou mauvaise gestion de notre environnement entraine des conséquences irréversibles. La question est d’autant plus sensible que tous les pays du monde essaient de se solidariser pour faire face dégâts engendrés par le changement climatique.

De plus en plus de voix s’élèvent pour dénoncer les dégâts climatiques déjà occasionnés, une situation qui peut facilement présager d’une augmentation du nombre de voyageurs responsables dans le monde. A mon humble avis tout pays qui réussit au mieux à préserver son environnement devrait détenir un trésor écotouristique précieux.

L’éternelle problématique des grandes puissances

Pour preuves, les décisions majeures issues de la COP21 ne semblent pas réjouir certaines associations de défense de l’environnement. De plus les engagements pris seront-ils réellement respectés? L’avenir en jugera. En tout cas, l’histoire a démontré que les pays les plus industrialisés ont jusqu’ici du mal à se conformer aux normes prescrites pour assurer un équilibre du climat.

Promouvoir le Sénégal en tant que destination éco touristique

Le Sénégal détient un fort potentiel qui peut véritablement favoriser la promotion du tourisme vert.

Les ressources écotouristiques dont dispose le Sénégal devraient véritablement permettre de classer le pays parmi les toutes premières destinations en Afrique. Il s’y ajoute une diversité culturelle qui peut jouer son rôle d’appui. Par le passé, des pays comme le Kenya et la Tanzanie ont su tirer profit de leurs atouts pour se positionner parmi les destinations incontournables du tourisme écologique en Afrique.

Le but recherché serait donc de booster la destination Sénégal et de mettre en exergue les réels avantages l’écotourisme pour le pays. Dans cette même optique, les professionnels du tourisme doivent améliorer leurs offres en ciblant davantage les touristes aventuriers et amoureux de la nature.

Associer les populations dans toute stratégie de promotion

Les nombreuses difficultés décelées dans la préservation de la biodiversité doivent en effet figurer parmi les principaux points d’orientation des acteurs du tourisme. De même, les populations bénéficiant des retombées directes du secteur méritent bien d’être impliquées dans les décisions majeures.

Dans cette même optique, l’état se doit d’appuyer les activités des associations et les projets communautaires directement ou directement liés au domaine du tourisme.
Cet appui serait d’autant plus stratégique si le choix des principaux intervenants est porté sur des acteurs qui ont prouvé leur véritable intérêt pour la protection de la nature.

Impliquer les véritables bénéficiaires du secteur

Pour se résumer sur cette problématique de la promotion, je dois simplement reprendre ce célèbre dicton il faut rendre à César ce qui appartient à César. Il faut sérieusement associer les populations rurales qui vivent essentiellement de ce secteur pour espérer atteindre les objectifs définis.

Ce n’est sorcier – il faut admettre qu’une personne qui a passé toute sa vie en milieu urbain n’est pas bien habilitée à trouver les véritables issues dans ce domaine. Quelqu’un comme moi, toujours derrière l’ordinateur, ne peut prétendre détenir les solutions à apporter pour la valorisation d’un tourisme responsable.

Par contre les populations dont les activités sont largement tributaires de l’équilibre de notre écosystème sont bien plus compétentes pour livrer les stratégies de promotion les plus adéquates. Elles sont véritablement plus soucieuses de la protection de la nature. De plus, il est important de rappeler que la majeure partie de la population sénégalaise est rurale et tire ses moyens de subsistance des ressources naturelles.

Établir un équilibre avec le tourisme farniente

Le Sénégal a toujours eu du mal à faire face à la compétition dans le secteur du tourisme balnéaire. Il est manifeste que les offres touristiques proposées dans les pays comme le Maroc, la Tunisie ou l’Egypte sont plus attractives et moins chères. D’où l’intérêt de créer les conditions d’une meilleure promotion des produits et services éco touristiques.

Conclusion

Notre monde compte déjà de nombreux amoureux de la nature. Avec les changements climatiques perceptibles, ce nombre pourrait augmenter de façon substantielle. Les populations victimes auraient peut-être tendance à multiplier leurs séjours dans des endroits jugés plus écologiques. Autant d’hypothèses qui méritent une profonde réflexion pour envisager dès maintenant les meilleures orientations à prendre.

En définitive l’écotourisme constitue un des secteurs porteurs du développement rural qui, depuis l’indépendance du Sénégal, peine à être réalisé. La politique de l’état dans ce domaine devrait principalement s’appuyer sur une implication des populations. Il est également important de repenser le réaménagement des réserves de biosphères pour permettre une exploitation plus rationnelle.

Par Issa Cissé

Source : Écotourisme au Sénégal: levier pour développer le secteur touristique –

Laisser un commentaire